L’institut Guinneen de Normalisation et de Metrologie (IGNM) a été créé en 1989 dans le cadre de la mise en oeuvre de la politique du Gouvernement en matiere de : normalisation, métrologie, qualité (évaluation de conformité, certification….)

C’est un établissement public a caractere scientifique technique doté de la personnalité morale, de l’autonomie financiere et de gestion.

Cette institution vise a soutenir de maniere efficace et durable l’economie guinéenne par des actions de rationalisation, d’qmelioration de la productivité,de promotion de la qualité et de la competitivité des entreprises et services.

  • Encourager l’introduction et le développement de la normalisation par l’impulsion, la coordination des travaux d’élaboration, et/ou d’adoption des normes guinéennes.
  • Inciter les opérateurs économiques à maîtriser la qualité de leurs produits et services par la formation dans les domaines de la normalisation et activités connexes.
  • Assister et conseiller les industriels en matière de normalisation.
  • Gérer le régime de la marque nationale de conformité aux normes à travers la certification des produits, biens et services.
  • Garantir la loyauté dans les transactions commerciales, la santé et la sécurité individuelle et collective à travers la promotion, l’uniformisation et la vérification des unités et des instruments de mesures (balance, bascule, pont bascules, volucompteurs, compteurs d’eau et d’électricité », etc…)
  • Jouer le rôle de point d’information nationale sur les normes et règlements techniques nationaux et étrangers (OTC, ISO/CEI, Codex Alimentarius, etc…)
  • Élaborer et ou adopter les normes guinéennes dans les filières prioritaires
  • Développer des actions d’information et de sensibilisation des consommateurs dans le domaine de santé, de la sécurité et de l’environnement.
  • Œuvrer à la mise en place d’une fonction métrologie efficace par l’implantation d’un laboratoire national de métrologie et d’essai.
  • Mettre en place le système national de certification
  • Assister les entreprises dans le cadre du management de la qualité
  • Protéger la santé, l’environnement et la sécurité des consommateurs

L’IGNM est administre par :

Un conseil d’administration (CA) dont les membres sont choisis dans le secteur public et prive.

Gérer par :

Une direction générale avec :

  • Un directeur général
  • Un directeur général adjoint

Et comprend :

Quatre divisions techniques

  • Normalisation
  • Métrologie
  • Promotion de la qualité
  • Information-documentation

Trois services d’appui :

  • Administratif et financier
  • Management de la qualité
  • Juridique

Le guide ISO/CEI définit la norme comme « un document formel établi par consensus et publié par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques, pour des activités ou des résultats, garantissant un niveau d’ordre optimal dans un contexte donné » Une norme est un document qui peut se présenter sous différentes formats (imprimé, électronique, logiciel etc.) ce document renferme des spécifications techniques ou d’autres critères précis conçus pour être appliqués invariablement à titre de règles à suivre, de lignes directrices ou de définitions. Les normes contribuent à nous simplifier la vie et à améliorer la fiabilité et l’efficacité de nombreux produits et services que nous utilisons quotidiennement. Elle représente les meilleures pratiques universellement acceptées, tirant parti de l’expérience et des compétences de toutes les parties intéressées, y compris les fabricants, les distributeurs, les acheteurs, les utilisateurs et les organismes de réglementation.

Définition de la normalisation

La normalisation a pour objet de fournir des documents de référence comportant des solutions à des problèmes techniques et commerciaux concernant les produits et services qui se posent de manière répétée dans les relations entre partenaires économiques, scientifiques et techniques. Elle se manifeste généralement par l’élaboration, la publication et la mise en application des normes.

La normalisation touche aujourd’hui pratiquement l’ensemble des secteurs et des activités industrielles et agricoles : mécanique, métallurgie, électricité, économie domestique, construction, aéronautique, automobile, informatique, chimie, prestation de service,… Ceci aux plans national, régional et international.

Les différents types de normes ?

Les normes peuvent être classées en quatre grandes catégories 
• Les normes fondamentales
Elles portent généralement sur la terminologie, les symboles, les outils statistiques et la métrologie .
• Les normes de spécifications
Elles définissent les caractéristiques et les performances à atteindre par les produits, les services et les procédés. 
• Les normes d’analyse et d’essais 
Elles décrivent les essais à réaliser pour mesurer les caractéristiques de produits
• Les normes d’organisation/de management 
Elles décrivent les modes d’organisation à mettre en œuvre pour augmenter la performance des organismes, comme les normes sur le management de la qualité, de l’environnement, la logistique, la maintenance des équipements.

Pour s’adapter à la crise économique mondiale, les entreprises sont dans l’obligation de demeurer compétitifs tout en limitant au maximum les charges et dépenses. Il est donc important pour ces entreprises d’appréhender différemment et de la considérer comme une carte stratégique et non pas comme une contrainte coûteuse. L’instauration de mesures simples mais bien ciblées peuvent participer à limiter les difficultés et à rendre l’entreprise plus productive pour de moindres coûts. Ces dispositions spécifiques permettent une nette amélioration de la performance quel que soit le domaine d’activité de la société. La métrologie, science de la mesure est intimement liée à toute activité humaine, scientifique, industrielle ou commerciale. Tous les jours pour des actes que nous considérons banales, nous faisons appel à elle. Son rôle augmente sans cesse et touche les secteurs aussi vitaux que l’énergie, les hydrocarbures, la santé, les communications, l’industrie agroalimentaire, la pharmacie, la sécurité des installations industrielles, celles des travailleurs et des populations, la protection de l’environnement. Une des qualités traditionnellement d’un vendeur (fabricant, commerçant) n’est-elle pas de faire « bon poids bonne mesure » de sorte que le vendeur connaisse ce qu’il vend et l’acheteur ce qu’il achète ? Sur un marché ou les produits préemballés de plus en plus nombreux circulent sans entrave, un des facteurs de qualité d’un paquet marqué 500 g est de bien contenir 500g de produit. Pour cela les appareils/ instruments de mesure (dans les chaines de fabrication) doivent être étalonnés et vérifiés régulièrement. Tous ces équipements ont ainsi une influence sur la qualité du produit la sureté des installations, la prévention des risques professionnels appareils et la pollution dans le cadre de la protection de l’environnement. Pour l’entreprise la maitrise ses appareils de mesure est donc nécessaire car sert d’une part : en interne à maitriser les procédés de fabrication des produits, à assurer la sécurité des personnes et des installations et à préserver l’environnement d’autre part en externe à apporter la preuve que les mesures sont maitrisées (lors d’un audit) et permet de positionner les produits sur les marchés internationaux.

Destiné à déterminer si un projet ou un produit est conforme aux normes en vigueurs, le contrôle qualité répond à des exigences légales et contractuelles. Cette opération porte à la fois sur le management et les livrables. Bien plus qu’une obligation légale, cette véritable science permet à l’entreprise d’optimiser au maximum sa production et d’accroitre sa compétitivité à condition de l’effectuer correctement et d’aller plus loin que les exigences règlementaires. Il est important pour l’entreprise de mettre en place son système de contrôle de qualité au bon moment .